Discipline Fondamentale Musique

Remarque liminaire

Par souci de répondre au mieux au principe d’une démocratisation de la musique, tout élève qui désire choisir la musique tant comme DF que comme OS doit pouvoir le faire. En conséquence, aucun pré-requis ne sera exigé dans le domaine musical en dehors des connaissances et pratiques acquises au cours de l’enseignement obligatoire préalable.

Objectifs généraux pour l’enseignement de la musique

L’objectif essentiel de la discipline «musique» est de permettre à l’étudiant d’aller à la découverte de cette activité humaine fondamentale et uniformément partagée. Par la pratique, l’étude et la réflexion, on l’incitera à ouvrir ses oreilles et son esprit aux multiples aspects du phénomène musical et à le relier par comparaisons ou par compléments aux autres manifestations humaines.

La musique, en effet, permet de développer tant la créativité, l’expression que la réflexion. Elle n’est pas seulement l’art d’agencer des sons, selon des critères esthétiques ou de sens, et de les interpréter, elle est aussi un phénomène social aux multiples implications tant sur la vie économique que sociale, tant sur l’épanouissement de l’esprit que du corps, tant sur l’affect et la sensibilité que sur la raison. Elle est un art aussi bien qu’une science, (au Moyen Âge, par exemple, elle faisait partie des sept arts libéraux).

Il s’ensuit que l’enseignement de la musique s’ouvre sur un large spectre. Ceci facilite son intégration dans une démarche interdisciplinaire, non seulement en faisant appel à des disciplines extérieures, mais en nécessitant aussi pour lui-même une approche globale et multi-directionnelle.

Reprise du PEC élaboré par le groupe de travail SSPES / CPS :

L’enseignement de la musique joue un rôle important dans le développement de l’élève en contribuant à l’épanouissement harmonieux de ses capacités émotionnelles, rationnelles et psychomotrices.

Il encourage la créativité en faisant intervenir en même temps l’intuition, la pensée et l’action, il éveille la curiosité face aux phénomènes acoustiques, il apprend à écouter, comprendre et juger un événement musical, tout en tenant compte de sa dimension stylistique et historique.

Il sensibilise l’élève aux qualités d’une oeuvre musicale, il lui fait ressentir et découvrir sur le plan à la fois psychique et physique autant les principes d’ordre que les libertés de la subjectivité artistique, la tension et la détente, la consonance et la dissonance.

Commentaire : Les objectifs généraux du PEC élaboré par le groupe de travail SSPES / CPS sont à la fois suffisamment précis et suffisamment larges pour correspondre fort bien à l’attente que l’on peut avoir de l’enseignement de la musique.

Attitudes

En participant aux cours de musique, l’élève sera appelé à développer les attitudes suivantes :

  • En esprit curieux, il fera preuve d’étonnement devant les multiples réalités du phénomène musical. Il s’ouvrira à l’écoute des musiques du monde et à leur compréhension en redonnant leurs vraies valeurs aux questions de goût.
  • Il prendra conscience de la dimension artistique d’une oeuvre musicale ainsi que de son sens. Il ira à sa découverte par l’étude, la réflexion, de même que par l’entraînement à l’écoute active.
  • Il relativisera ses goûts ou ses jugements en les confrontant dans un respect mutuel tant à ceux de ses camarades qu’à ceux de ses aînés.
  • Par l’étude et la pratique de la musique, il acquerra des attitudes déterminantes dans la vie, telles qu’un comportement social responsable, la patience, la discipline et l’autodiscipline, la concentration.
  • Il participera à la vie musicale de l’école.
  • Il participera à titre d’auditeur ou d’exécutant à la vie musicale de la région. Il restera ouvert et curieux de manière à élargir ses connaissances et permettre dialogue et échange.
  • Il sera ouvert à une réflexion sur les conséquences néfastes pour l’organisme provoquées par l’exposition répétée ou prolongée à un volume sonore trop élevé.

Objectifs généraux pour la «musique DF»

En tant que DF, la musique doit avant tout être une discipline d’éveil. Celle-ci contribue dans un esprit de globalité à approcher ou découvrir les éléments marquants du phénomène. Elle incite l’élève à prendre conscience de la complexité de ce phénomène. Elle l’amène à prendre conscience de la relativité de bon nombre de ses aspects. Par cela elle vise à développer une attitude d’ouverture et d’échange qui implique tolérance.

Le pratique et le théorique en musique, ne constituent pas, pour la majorité des cas, des domaines catégoriquement séparés. Il y a une dialectique entre eux que la «musique DF» veut respecter et dont elle se donne pour objectif d’en faire comprendre les enjeux aux élèves.

Considérations générales

Secondaire I
Degré 9 1h musique 1h dessin
Secondaire II
Degré 10 1h de cours (modèle laboratoire) approche globale du phénomène musical 1h pratique de la musique d’ensemble dans un groupe instrumental ou à la chorale
Degré 11 2h de cours (modèle laboratoire) approche globale du phénomène musical, suite du degré 10
Degré 12
rien

Pour atteindre ces objectifs, la «musique DF» est organisée comme suit :

  • un «cours-laboratoire» à raison de trois heures réparties entre les degrés 10 (une heure) et 11 (deux heures).
    Ce «cours-laboratoire» s’articule autour de l’idée d’un enseignement global. C’est-à-dire que l’approche des phénomènes musicaux doit, dans la mesure du possible, se faire en alternant la théorie et la pratique. Cette dernière est à considérer dans un sens large.
  • une heure (degré 10) consacrée spécifiquement à la pratique de la musique d’ensemble soit dans un groupe instrumental, soit en participant à la chorale.
    Aux degrés 11 et 12, cette pratique est facultative, mais vivement conseillée.

Remarques :

  • L’approche de la musique par les élèves étant très diverse – niveaux différents, genres divers -, il paraît important que la DF intègre pour chaque volée ces horizons et ces niveaux multiples de manière que les choix, les goûts des élèves soient valorisés, et qu’il y ait progression pour chaque élève quel que soit son niveau en entrant au lycée. Il faut donc imaginer que, partiellement tout au moins, le programme soit adaptable aux différentes situations. Si les effectifs le permettent, la mise sur pied de cours A et B, tenant compte du niveau des élèves, est à envisager. Cette solution pourrait d’ailleurs s’imposer dans la mesure où les élèves de musique OS suivront le «cours-laboratoire» de DF.
  • Au degré 10, le «cours-laboratoire» de musique est donné à raison d’une heure sur toute l’année plutôt que deux heures sur un semestre.
    Une rocade ne pourrait, en effet, pas être envisagée avec la chorale dont le concert a lieu en principe durant le deuxième semestre ; de plus, il paraît nécessaire que des bases théoriques et de solfège soient données parallèlement à la participation à des groupes instrumentaux ou à la chorale.
  • L’apprentissage d’un instrument n’est pas exigé pour les élèves qui suivent la «musique DF».
    On peut néanmoins espérer que l’ouverture à la musique en DF suscitera l’envie aux élèves qui ne le font pas déjà de prendre des leçons d’instrument.

Objectifs fondamentaux

L’ensemble des activités tant théoriques que pratiques de la «musique DF» doit amener les élèves à s’ouvrir au monde de la musique considéré dans sa globalité. Tout en mettant l’accent sur l’acquisition de connaissances fondamentales et de savoir-faire spécifiques nécessaires à cette découverte, la «musique DF» doit permettre aux élèves de s’exprimer. Elle cherche à concilier le sérieux de l’étude rationnelle et l’approche intuitive, voire ludique, qu’implique cet art. En outre elle s’efforce de faire comprendre aux élèves quel enrichissement ils peuvent tirer, d’une part, à relativiser leurs goûts ou leurs jugements en les confrontant dans un respect mutuel à ceux de leurs camarades, d’autre part, à situer leur musique favorite dans l’ensemble du phénomène musical. En conséquence de quoi, le programme de la «musique DF» s’articulera autour de trois axes principaux :

a) apporter des connaissances fondamentales les plus larges possibles de manière :

  • à contribuer à l’approche des diverses musiques sans exclusion aucune ;
  • à ne pas négliger l’ouverture vers d’autres horizons propres à la musique ou extérieurs, mais en rapport avec elle ;
  • à prendre conscience progressivement que tout n’a pas la même valeur et pourquoi.