Le Lycée

Depuis 2000, le Lycée Blaise-Cendrars réunit sous un même toit tous les étudiants de la filière « maturité académique » des Montagnes neuchâteloises ainsi que des Franches-Montagnes et de la partie supérieure du Vallon de Saint-Imier. Il fait pendant, au sortir de l’école obligatoire, au CIFOM qui, sur plusieurs sites, rassemble tous les élèves de ces mêmes régions qui suivent des formations professionnelles aussi bien en filières techniques qu’artistiques ou commerciales.

En chiffres, le Lycée compte environ 600 élèves, une septantaine de professeurs et un staff technico – administratif d’une quinzaine de personnes. De tradition humaniste, ouvert sur le monde, dispensant une formation généraliste comme le veut le règlement sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale, le Lycée s’efforce d’offrir un enseignement de qualité permettant aux étudiants qui en sortent de fréquenter les écoles supérieures subséquentes avec un maximum de chances de réussite. Dans un climat de travail qui privilégie tant pour les maîtres que pour les élèves liberté et responsabilité, le Lycée a développé une politique culturelle ambitieuse, a mis en place un atelier interdisciplinaire original en deuxième année et présente un choix de thèmes particulièrement vaste pour les travaux de maturité. Il met en outre résolument l’accent sur les échanges individuels avec des élèves d’écoles partenaires en ce qui concerne l’enseignement des langues, propose chaque année une semaine hors-cadre sur des thèmes de société et ses contacts avec les entreprises de la région lui permettent de mettre sur pied des stages ou des visites d’entreprises en troisième année.

Pour conclure, le Lycée occupe une place particulière et unique dans le cadre de la formation des jeunes de toute la région. Il tente d’assumer l’importante mission qui lui est confiée en toute conscience, dans le respect de sa tradition propre et de celle de ce bout de pays tout en allant de l’avant grâce aux valeurs qui y ont été développées. « Produisant », en raison de son rôle spécifique, des étudiants dont un grand nombre ira tester ses connaissances dans d’autres contrées, il espère que ceux-ci profiteront leur vie durant du petit capital culturel, scientifique et éthique qui leur aura été prodigué dans ces lieux et, pourquoi pas, qu’ils en véhiculeront les valeurs, voire en ressentiront une certaine fierté.

Le Directeur, Patrick Herrmann